lundi 24 juin 2013

Le roi des ronces - Séance entre potes

Ibara no O
Réalisé par Kazuyoshi Katayama

2012 : Un virus terrifiant nommé Medousa ravage l’humanité. Taux de survie une fois infecté : 0%. Le gouvernement mondial décide de cryogéniser une centaine d’individus dans l’espoir qu’un remède soit découvert dans le futur. À leur réveil, seules sept personnes ont survécu et le complexe scientifique s’est transformé en prison macabre envahie par des ronces acérées et peuplée de créatures sanguinaires. Au fur et à mesure que la peur grandit, les conflits personnels et les luttes de pouvoir s'amplifient. Les rescapés vont pourtant devoir s'associer pour échapper aux monstres et au virus Medousa. Commence alors une fuite effrénée pour la survie. Mais combien d’entre eux mourront avant d’atteindre le monde extérieur et qu'y trouveront-ils ?


Le roi des ronces est l'adaptation animé du manga éponyme crée par Yuji Iwahara. A la sortie du visionnage, on se demande à partir de quel moment les scénaristes ont commencé à fumer la moquette.
Hors de question d'en rester là, il a fallu un petit moment de réflexion (et de discussion avec les autres spectateurs) pour commencer à comprendre le pourquoi de cette histoire et de constater qu'il y a bien une explication logique à tout ça. Loin de moi l'idée de vous en dévoiler la teneur. A noter toutefois que, dans la version collector du BluRay, un petit livret répond à énormément de questions sur le scénario et aide fortement à la compréhension de l'histoire.
Une expérience qui tourne mal ?
L'anime est de bonne qualité : une animation tout à fait correcte malgré des images 3D un peu décalées par rapport au dessin, la musique est bien intégrée voire un peu trop discrète à mon goût et une animation correcte au dessus des standards du genre. Comme souvent dans les animes japonais, les personnages souffrent d'excès de comportements mais c'est assumé par le réalisateur qui explique, dans les bonus du BluRay, que cela fait partie de l'intrigue et permet même de détecter le vrai du faux.
Vraiment mal !
Pour apprécier cet anime, il faut l'aborder l'esprit ouvert et ne pas se laisser dérouter par les évidences énoncées par les personnages. Quelques réactions relèvent du "what the fuck ?" mais viennent trouver leur justification à la fin lorsque toutes les pièces du puzzle se mettent en place car il s'agit bel et bien d'un puzzle à assembler du fait du montage qui, volontairement, brouille toutes les pistes pour ne donner la pièce maîtresse qu'à la fin.
Evolution ou identité ?
Ce fut donc un bon moment qui aura nécessité une petite réflexion afin d'en apprécier vraiment le contenu. Je ne considère pas cet anime comme un indispensable mais il a le mérite de nécessiter un minimum d'attention ce qui, à mon sens, est déjà une énorme qualité pour un film quel qu'il soit.

Cette "séance entre potes" consiste à regarder un film avec 3 autres bloggers et de partager ensuite notre vision. Les liens vers les critiques des potes ci-dessous :